Atelier des doctorants, Mercredi 20 janvier 2021, 10h30-12h30

Atelier des doctorants CRAL-EHESS/Fonds Ricœur 2020-2021
« Corps, narration et affectivité : enjeux d’une philosophie de la volonté »

Quatrième séance – Mercredi 20 janvier 2020, 10h30-12h30
Émotions, passions et sentiments : dimensions de l’affectivité

 

La séance aura lieu en ligne et sera animée par Jean-François Houle, Monica Gorza et Alessandro Colleoni. 

 

Programme : 

 

10h30-10h45 :  Jean-François Houle - Introduction

10h45-11h15 : Luz Ascarate (Paris I Panthéon-Sorbonne) - « Ordo amoris »

Résumé : L'amour est une notion paradoxale. D'un côté, il traverse notre quotidien si bien que chacun se sent immédiatement légitime à en dire quelque chose. D'un autre côté, il constitue un problème philosophique complexe dont l'histoire est semée d'embûches. Ce qui nous intéresse dans cette présentation est l'importance de ce concept pour répondre aux questions fondamentales de la morale. Comment devons-nous agir ? Qu'est-ce qui est juste ? Qu'est-ce qu’une vie bonne ? Notre hypothèse est que la morale peut être fondée sur un ordre de l'amour (notion répandue depuis Saint Augustin). Cet ordre peut se comprendre dans le sens d'une appréhension affective d'une hiérarchie de valeurs qui guiderait l'agir. Nous justifierons cette hypothèse à partir des perspectives phénoménologiques de Paul Ricœur et de Max Scheler.

 

11h15-11h45 : Giulia Zaccaro (Université de Milan) - « Through tenderness: passivity and consent between Georges Bernanos and Paul Ricœur »

Résumé : In this essay we will navigate the Journal d’un curé de campagne, in search of the points of contact between the masterpiece of Bernanos and Ricœur’s philosophical questioning. It is the philosopher himself who testifies to the debt towards a singular work like the Journal. In Soi-même comme un autre he writes: « I do not hide the sort of enchantment in which this quote from Bernanos, which appears at the end of Diary of a country curate, holds me: “Hating oneself is easier than one thinks. Grace consists in forgetting. But if all pride had died in us, the grace of graces would be to love ourselves humbly, in the same way as any other suffering member of Jesus Christ”. We too want to remain under the spell of these words that are both mysterious and very clear, which alone sum up the meaning of Bernanos’s work and Ricœur’s philosophy of will. Understanding the grace of graces means facing the involuntary that lives inside us, a passivity with which we struggle but which we must allow, in the hope of a future reconciliation that has already been accomplished. Hope becomes tenderness and tenderness hope.


11h45-12h00 : Pause

12h00-12h30 : Discussion