prix Paul Ricoeur

Prix Paul Ricœur

 

L'association Paul Ricœur a créé le prix biennal Paul Ricœur afin de récompenser un auteur contribuant à la réflexion et au débat public sous une forme qui entre en dialogue avec l’œuvre de Paul Ricœur. 

 

Le Jury du prix Ricœur est composé de : François Dosse (président), Laure Adler, Michael Foessel, Sabina Loriga et Jérome Porée. 

 

La remise du Prix donne lieu a une cérémonie et s'accompagne d'une récompense de 2500 euros.

 

 

Le premier prix Paul Ricœur a été décerné à André Orléan pour son ouvrage L’empire de la valeur, refonder l'économie paru en octobre (Seuil). Il lui a été remis par Jacques Mistral, Président de l’association Paul Ricœur, le 7 janvier 2012 (photo).
“Autour d’une réflexion sur la valeur et l’évaluation, André Orléan déploie à la fois une critique latérale des irrationalités économiques, et une refondation de l’intérieur des grands concepts de l’économie. Par ce geste, il fait écho à la pensée de Ricœur sur une question d’une actualité aujourd’hui brûlante”, ont expliqué les membres du jury du Prix présidé par Olivier Abel, aux côtés de Sylvie Hubac, Sandra Laugier, François Dosse et Olivier Mongin pour cette première édition.

 


Le  second prix Paul Ricœur a été décerné au philosophe Charles Taylor pour l'ensemble de son œuvre. Il  lui a été remis le jeudi 21 novembre 2013 par le président de l'Association, Jacques Mistral, à l'issue de la journée du consacrée à la célébration du centenaire.

Myriam Revault d'Allonnes, membre du jury, a montré combien en cette année 2013 la remise du prix Paul Ricœur revêt une signification particulière. "Nous avons pensé que cette distinction devait marquer, par l'hommage rendu à un autre grand penseur de la modernité, une connivence et une résonnance très profondes à l'égard de son destinataire". Puis elle a retracé les thèmes de cette "polyphonie philosophique" partagée par les deux  penseurs.

 

 

Le troisième prix Paul Ricœur a été attribué le samedi 5 décembre 2015 à Alain Mahé pour l'ouvrage Discours de la Servitude Volontaire d'Etienne de la Boétie, traduit, annoté et commenté en français contemporain par A. Mahé, en kabyle par Ameziane Kezzar, en arabe algérien par Hakima Berrada, Moustapha Naoui et Abdelhafid Hamdi-Chérif et en arabe classique par Moustapha Safouan. Le livre a été publié par les éditions Bouchène.

Le jury, présidé cette année par François Dosse, et composé de Laure Adler, Olivier Mongin, Myriam Revault d'Allonnes et Michael Foessel, a récompensé un auteur exigeant et un éditeur courageux qui ont placé au coeur de leur entreprise la nécessaire traduction entre les cultures pour faire prévaloir ce qu'elles ont d'universel.

 

François Dosse a remis le 25 novembre 2017 à Metz, le Prix Paul Ricœur 2017 à Hans Joas, «  Ernst Troeltsch Professor for the sociology of religions » à la Humbolt Universität de Berlin et Professeur de «  sociology & social thought » à l' University of Chicago, ancien vice-président de l'Association internationale des sociologues. Il a notamment écrit « La créativité de l'agir » (De Boeck Supérieur, 2001). Le prix de cette année lui est décerné pour son ouvrage  « Comment la personne est devenue sacrée» (Labor et Fides, 2016). Il propose au lecteur une généalogie particulièrement riche et nouvelle de l'émergence du thème des droits de l'homme. Il dépasse la traditionnelle alternative entre les tenants d'une explication par les Lumières et ceux qui s'appuient sur la seule tradition judéo-chrétienne. Dans une perspective résolument durckheimienne, il se propose de comprendre la progressive « sacralisation » des droits de l'homme à partir des modalités d'appropriation subjective de la singularité de la personne humaine. L'originalité de son approche est de lier les apports de la sociologie, de l'histoire et de l'anthropologie pour souligner à la fois la contingence, l'ancrage historique de l'émergence des droits de l'homme et leur ambition d'universalité.